Camp de concentration de Montreuil-Bellay

Hello,

Aujourd’hui, direction le département de Maine-et-Loire sur la commune de Montreuil-Bellay, (49215), près de la ville de Saumur, pour y découvrir les restes du plus grand camp de concentration pour les tsiganes et gens du voyage durant la seconde guerre mondiale en France.

Tu es près? Oui? Alors retour dans le temps pour te raconter l’histoire de ce lieu durant les heures sombres de l’Occupation:

Du 8 novembre 1941au 16 janvier 1945, la France fit du site de Montreuil-Bellay un camp pour « individus sans domicile fixe, nomades et forains, ayant le type romani ». Suite au décret-loi du 6 avril 1940 qui interdit la circulation des nomades sur le territoire français pendant toute la durée de la guerre, car suspectés d’être ou de devenir des espions.

À l’origine en 1940, le camp est une poudrière française située en Maine-et-Loire à une quinzaine de kilomètres de Saumur. Transformé en Stalag par les Allemands le 21 juin 1940, ce terrain de 5 hectares est ensuite retransformé par le régime de Vichy en « camp de concentration à vocation régionale » spécifique pour les roms. En effet, les Allemands réorganisent les camps pour éviter la cohabitation dans un même lieu d’internés d’origines différentes (Tsiganes et Juifs par exemple) et aussi pour réduire les effectifs des gardes. Le 8 novembre 1941, le « camp de concentration de nomades de Montreuil-Bellay » est officiellement créé pour accueillir les 258 internés du camp de la Morellerie (Indre-et-Loire) qui a été fermé à la demande des autorités allemandes. Le 2 décembre de la même année, ce sont les 213 internés du camp de Coray (Finistère) qui y sont transférés.

Les premiers roms raflés arrivent au camp le 8 novembre 1941 comme vu plus haut. Les derniers le quitteront en janvier 1945 pour le camp de Jargeau et le camp des Alliers d’où ils ne seront libérés qu’en mars 1945. Des clochards de Nantes sont également internés en 1942.

Au total 3 000 personnes vont passer par ce camp qui comptera jusqu’à 1 096 internés en août 1945.

En juillet 2010, les ruines du camp sont inscrites aux monuments historiques, afin d’empêcher leur disparition totale et d’en faire un lieu de mémoire.

Le 29 octobre 2016, une cérémonie d’hommage national des 70 ans de la fermeture des derniers camps français d’internement de nomades est tenue et une stèle commémorative est inaugurée en présence du président de la République, François Hollande, lequel reconnaît à cette occasion la responsabilité de la France dans ces internements.

Voilà un petit résumé de ce lieu chargé d’histoire. Je te conseille vraiment si tu passe dans le coin d’aller voir les derniers vestiges. Tu pourras y voir notamment les marches et les fondations qui restent des baraquements, mais aussi la prison enfouie qui était appelé par les internés: « Le Gnouf ».

Tu y verra également une plaque et les monuments qui rappellent l’histoire du lieu et qui furent inaugurés par François Hollande en 2016.

Pour y accéder, pas de difficultés, c’est dans un champ, pas de problème non plus pour te garer à côté, même s’il n’y a pas de parking. Par contre, cela sera compliqué d’y accéder pour les personnes à mobilité réduite vu que cela est dans un pré. Pas de soucis pour les enfants, mais pour la compréhension du lieu, je te dirais pas en dessous de 12 ans.

Enfin, si vous souhaitez retrouver tous mes articles, n’hésitez pas à cliquer sur le MENU/CATÉGORIE, dans la colonne de droite ou pour les portables et certaines tablettes en bas de page. Ainsi, vous les retrouverez répertoriés par rubriques et départements.

INTERET HISTORIQUE:

Note : 5 sur 5.

ACCESSIBILITE:

Note : 4 sur 5.

ENFANT:

Note : 3 sur 5.

(Photos collection privée Patricia Gontier)

2 commentaires

  1. Je me souviens avoir croisé à plusieurs reprises en archives une étudiante qui réalise un mémoire de master sur ce camp et d’autres. Elle en était du stade du projet de mémoire. Cela prouve que l’histoire de ces sites intéresse toujours.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s