Le château de pignerolle durant la seconde guerre mondiale.

Hello,

Aujourd’hui, retour (Covid oblige et restriction kilométrique), sur le domaine de Pignerolle, (49124), sur la commune de Saint-Barthélémy-d’Anjou dans le département du Maine-et-Loire.

Ce château et le domaine, je t’en ai déjà parlé.

Durant la seconde guerre mondiale, ce domaine fut investi par les Allemands qui dès avril 1942 construisent 10 bunkers et y installent le QG de communication de l’amiral Dönitz avec ses U-Boat. (sous-marins). Mais pour cette article, je vais te parler du château durant l’occupation et de sa piscine. Non ne prend pas ton maillot, lol, cette piscine est, elle aussi, un vestige de la seconde guerre mondiale et pas accessible au public.

(Photo collection privée Patricia Gontier)

Aller c’est parti, on plonge dans l’histoire et cela commence en juin 1940, quand les armées du Reich envahissent l’Anjou. Le château va être réquisitionné tout de suite par les Allemands.

Plusieurs services vont passer par le château et notamment la Luftwaffe et son état-major durant quelques mois. Ce n’est qu’à partir d’avril 1942 que le château et le domaine va prendre toute son importance après l’opération anglaise Chariot.

Hitler ordonne à Dönitz de retiré son QG de Lorient trop sensible aux bombardements et attaques aériennes anglaises. Dönitz choisit la ville d’Angers et son château de Pignerolle à Saint-Barthélémy-d’Anjou pour y installer son nouveau QG de communication avec ses sous-marins. Le choix n’est pas anodin, la ville d’Angers à un très bon réseau ferroviaire, est à environ 100 kilomètres des côtes maritimes des U-Boat et de Paris. Le génie allemand après des investigations donne son feu vert. Du coup, 10 bunkers de construits, des tobrouks……

Le château quant à lui va accueillir une quinzaine de fois l’amiral Dönitz et notamment plusieurs fois dans l’année 1943, (où il dispose de ses appartements au premier étage), et les officiers de la Kriegsmarine de passage. Le commandant de Pignerolle, nommé personnellement par l’amiral Dönitz: Hans-Rudolf Rösing va y habiter jusqu’à sa fuite le 09 août 1944. Ci-dessous l’amiral Karl Dönitz au centre avec une partie de ses officiers en juillet 1943 sur les marches du château. À droite de l’amiral sur la photo, le commandant du QG de Pignerolle : Hans-Rudolf Rösing.

(Photo collection Mémorial des Bunkers de Pignerolle)

(Hans-Rudolf Rösing photo source u-boat.fr)
(Dönitz avec son calot et Rösing descendant les marches du château. Photo source Mémorial des Bunkers de Pignerolle)

Les Allemands ont tout prévu lors de leur installation, puisqu’ils prévoient également juste à côté du château une piscine. Ok, tu vas me dire ba ça va ils sont cool. Ba oui, lol. Attention toutefois, il faut nuancer, ok cette piscine est un loisir pour les officiers et sous-officiers qui ne s’en privent pas, mais elle à aussi une utilité en cas de bombardements et d’incendies puisqu’elle sert de réserve d’eau. D’ailleurs de nos jours, elle est toujours utilisée en cas d’incendie comme réserve d’eau et aussi de réserve à poissons. Lol. Ci-dessous la piscine de nos jours construite en 1942, on ne peut voir sur les photos, mais elle est entièrement faïencée à l’intérieur. (Photos collection privée Patricia Gontier).

Dès lors le château et le domaine comprennent un effectif de 1000 soldats travaillant à réceptionner, déchiffrer et envoyer les messages aux sous-marins en mer. Une quarantaine de secrétaires allemandes vont, elles aussi, travailler sur le domaine. Par contre, tout cet effectif sera logé sur le domaine dans 10 énormes baraques en bois, (construites également en 1942), avec tout le confort tel l’électricité, l’eau courante froide et chaude et WC dans chaque baraquement. Les sous-officiers seront quant à eux logés dans un baraquement en dur. (Béton et non bois).

(Photo baraquement sur le domaine de Pignerolle en 1943. Source u-boote.fr)

Ainsi le domaine et le château vont être d’une importance capitale pour le III Reich et l’amiral Dönitz dans son combat maritime notamment avec la flotte anglaise puis la marine américaine, jusque dans la nuit du 09 août 1944. Durant laquelle le commandant Rösing et tous ses officiers et sont effectif prennent la fuite devant l’avancée des armées américaines et notamment du 3ᵉ bataillon de la 5ᵉ division américaine du général Patton qui libère la ville d’Angers le 10 août 1944.

Voilà, un résumé de l’histoire du château de Pignerolle. Pour en savoir plus et après la fin de la crise sanitaire tu peux prendre rdv avec l’Association Mémorial des Bunkers de Pignerolle pour une visite guidée du domaine, (pas du château, malheureusement fermé depuis décembre 2015). Avec un guide, tu découvrira l’histoire du domaine et de tous les vestiges. Prévois pour la visite guidée environ 2 heures. Sinon, tu peux toujours venir sur le domaine ouvert au public et y piqueniquer sur les tables à disposition. Tu peux y passer la journée sans problème, car l’accès et le parking sont gratuit et facile à trouver.

Enfin, si vous souhaitez retrouver tous mes articles, n’hésitez pas à cliquer sur le MENU/CATÉGORIE, dans la colonne de droite ou pour les portables et certaines tablettes en bas de page. Ainsi, vous les retrouverez répertoriés par rubriques et départements.

INTERET HISTORIQUE :

Note : 5 sur 5.

ACCESSIBILITE :

Note : 4.5 sur 5.

ENFANT :

Note : 4 sur 5.
Château de Pignerolle de nos jours. Photo collection privée Patricia Gontier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s